Sci – Diagnostic

Sci  I  Bruxisme et Diagnostic  I  Principes du Sci  I  Indications  I  Mise en oeuvre  I  Préformes / Coffrets  I  Téléchargements  I  Vidéo



Jusqu’à 20% de la population des pays industrialisés souffrent
de douleurs orofaciales dont 10% liées au D.A.M.*

( Dysfonctionnements de l’Appareil Manducateur ) douloureux.1, 2

1 ­ LeResche : Epidémiologie des douleurs oro­faciales, dans : Lund ; Lavigne ; Dubner ; Sessle : Douleurs oro­faciales, Quintessence International, 2004, p. 17­27

2 ­ Von Korff M. , Dworkin S.F. , LeResche L. , Kruger A. : An epidemiologic comparison of pain complaints. Pain (32) 173­183, 1988

Le bruxisme est l’un des facteurs à risque parmi les plus répandus pour développer un D.A.M.* et un énorme problème en tant que tel :
Plus de 50 % des adultes « bruxent », mais seulement environ 8 %
sont conscients de leur bruxisme.

Plus de 5 % bruxent avec des conséquences sévères tant pour eux que pour le praticien, comme par exemple :

Symptômes du patient :

Douleurs au niveau de la mâchoire et de l’articulation temporo­mandibulaire
( ATM ) au réveil.

Maux de tête chroniques (céphalées de tension et migraines).

Cervicalgies

Etat dépressif

Symptômes, douleurs stomatiques non spécifiés

Limitation des activités quotidiennes.

Etc …

Conséquences pour le cabinet :

Risque financier et de mécontentement du patient à cause :

Echecs implantaires et/ou prothétiques.

diagnostic aléatoire des plans de traitement dans le temps.

etc.

Il y a de nombreux problèmes causés par le fait de serrer ou de grincer des dents.

Exemples: Maux de tête, douleurs au niveau de la nuque, douleurs au niveau de dents saines par ailleurs,

usure des dents frontales ou cassures fréquentes des dents ou des plombages.

Le fait de serrer ou de grincer des dents se passe avant tout pendant le sommeil, dans la plupart des cas

de façon inconsciente. Il s’agit-là d’une habitude prise au fil des années.

L’hyperactivité des muscles masticateurs pendant le sommeil, en particulier celle du muscle temporal,

est à l’origine de maux de tête de tension et de migraines.

L’utilisation d’une gouttière occlusale a permis de constater une diminution de la fréquence des migraines.

Les effets des gouttières occlusales sont semblables à ceux des médicaments,

mais elles n’ont pas d’effets secondaires.

L’activité musculaire du muscle temporal de deux groupes de personnes a été mesurée pendant le sommeil et en état de veille:

Le groupe A est un groupe souffrant de maux de tête,

le groupe B comprenant des personnes ne souffrant pas du tout ou seulement très rarement de maux de tête.

Les valeurs EMG élevées indiquent une forte activité.

Dans le schéma, les valeurs EMG du groupe A sont nettement plus élevées pendant la nuit.

Ceci signifie que ces patients serrent fortement les dents pendant leur sommeil.

Un diagnostic précoce permettra une prise en charge efficace de vos patients dans l’objectif de réduire

ou faire disparaître leurs symptômes et d’éviter une aggravation des signes cliniques.

­ Usure et abrasion des dents. ­ Fissures et fractures non­ expliquées des dents.

­ Douleurs bucco­faciales diffuses. ­

Douleurs à la pression de l’articulation temporo­ maxillaire

et/ou des muscles masticateurs. ­

Augmentation du volume ( hypertrophie ) des muscles de la mâchoire.

­ Modification de la dimension verticale d’occlusion

­ Bruits ( craquements ou frottements ) au niveau de l’articulation temporo­maxillaire.

Mobilité réduite ou douloureuse de la mandibule.

D.A.M. :

Dysfonctionnement de l’appareil manducateur

Expression symptomatique d’une myoarthropathie de l’appareil manducateur.

Expressions similaires ou synonymes :
Syndrôme Algo­Dysfonctionnel de l’appareil manducateur SADAM,

Algies de l’appareil manducateur ADAM, ­ Désordres temporo­mandibulaires DTM, ­ Désordres Cranio­mandibulaires DCM…

Bruxisme :

Crispation des mâchoires avec ou sans mouvement forcé excentrique.

Le bruxisme comprend donc le fait de : ­ grincer des dents et / ou serrer des dents.