Sci – Principes de fonctionnement

Sci  I  Bruxisme et Diagnostic  I  Principes du Sci  I  Indications  I  Mise en oeuvre  I  Préformes / Coffrets  I  Téléchargements  I  Vidéo



L’hyperactivité des muscles de mastication durant la nuit pourrait relever de l’étiologie de la migraine et de maux de tête de tension.

Une réduction de l’activité musculaire par attelles a été observée.

Une attelle dure présente, par rapport à un placebo (plaque pour palais), une réduction de la fréquence des migraines de 40%.

Une attelle douce a apporté une réduction de 50%.

Les effets sont donc similaires à ceux des médicaments «préventifs», toutefois sans effets secondaires.

Pour les cas de bruxisme et les  » myopathies  » parmi les D.A.M., le premier objectif thérapeutique sera une réduction de

l’intensité de la contraction parafonctionnelle des muscles masticateurs.

Pour ce faire, il existe une technique très simple :

Le système breveté Sci ou NTI­tss ( Nociceptive Trigeminal Inhibition ­ tension suppression system ) est un outil de

déprogrammation neuro­musculaire très efficace, conçu par le Dr James P. BOYD,

un praticien américain souffrant lui­même de céphalées de tension dues à un D.A.M.

Le Sci exploite le principe de butée antérieure et permet de réduire la capacité de

contracter les muscles élévateurs chez le patient qui le porte.

Le Sci se présente sous la forme d’une petite préforme en polycarbonate

couvrant uniquement les incisives et adaptée à la situation particulière de chaque patient

grâce à de la résine thermoformable. Sa forme particulière comporte un  » élément de désocclusion  »

permettant d’obtenir un point de contact unique au niveau incisif. La capacité de contraction du patient

est réduite d’environ 70 %.

Homologué par la F.D.A. ( Food and Drugs Administration ) américaine en 1998 pour la prévention et le traitement des D.A.M.,

en en 2001 pour la prévention et le traitement de douleurs migraineuses et de céphalées de tension, le Sci a fait l’objet de plusieurs études scientifiques.

Dans l’objectif de vérifier l’évidence du traitement avec le NTI­tss, le Dr Stapelmann et le Pr Türp de l’université de Bâle en Suisse ont publié en 2008 une revue systématique de la littérature scientifique au sujet du Sci.

Après vérification de 68 publications traitant du Sci, dont 9 publications résumant 5 études randomisées,

ils arrivent à la conclusion suivante :

Les données disponibles suggèrent qu’avec le Sci, on peut obtenir une amélioration des symptômes

en cas de bruxisme et douleurs musculaires.

Le nerf trijumeau dispose de récepteurs nociceptifs protégeant les dents,

principalement les incisives inférieures qui sont plus faibles

Ce mécanisme de défense se déclenche avec l’usage d’une attelle SCi montrant

que la puissance de contraction du M. temporalis s’affaiblit dans un réflexe.

Le patient peut lui-même déterminer le fonctionnement du réflexe de défense à l’aide d’un test simple:

Le test du crayon :

Veuillez mordre sur un crayon à papier avec vos dents latérales.

Vous remarquerez que les marques sont pro- fondes.

Si vous placez le crayon à papier entre les incisives supérieures et inférieures et

essayez de mordre sur le crayon de toutes vos forces, vous constaterez que les marques sont beaucoup plus faibles.

Si vous laissez vos doigts sur le M. temporalis, vous pouvez sentir une faible contraction.

 

Les attelles d’occlusion pour la prévention de l’hyperactivité musculaire et pour le traitement de ses symptômes

ont une longue tradition. Elles n’apportent malheureusement aucune garantie pour la réduction de l’hyperactivité.

Selon Holmgren, l’usage d’une attelle d’occlusion a montré une réduction importante de l’activité musculaire

chez 71% des patients et patientes, mais très différentes en fonction des personnes et des différents muscles

d’une même personne.

Les attelles n’aident pas tous les patients.

Au moins 50% ne connaissent pas de changement ou bien connaissent une dégradation.

Ces résultats sont insatisfaisants parce que les attelles d’occlusion permettent au patient de presser

avec les dents latérales sur l’attelle. Remarque: Si les canines se touchent, ceci entraîne une intensité de contraction quasiment maximale du M. temporalis.

Une attelle ne permettant seulement que les dents frontales se touchent

réduit l’intensité des contractions musculaires d’environ 2/3.

De telles attelles sont également connues sous le nom de «deprogrammers». Sci en est une.

Une enquête comparative randomisée entre l’attelle NTI et une attelle d’occlusion conventionnelle avec des contrôles

après quatre et huit semaines. Les personnes testées étant des personnes souffrant au moins deux fois par mois de migraines.

Capture d’écran 2016-02-09 à 22.41.40

Chez 82% des patients Sci, on a constaté une réduction des migraines de 77% 

27% des patients portant une attelle conventionnelle ont connu une augmentation de fréquence des migraines de 46%.

Holmgren a commenté: «Le nombre des patients portant une attelle d’occlusion conventionnelle qui avaient des

valeurs EMG identiques come avant le traitement, a augmenté pendant la duré d’observation de 8 semaines.»

La fréquence d’apparition des maux de tête a également augmenté chez ces patients.

Capture d’écran 2016-02-09 à 22.54.46 Capture d’écran 2016-02-09 à 22.54.55